Best of

Le sentier Blanc-Martel

La plus fameuse randonnée dans les Gorges du Verdon, le Sentier Blanc-Martel (GR4), tient son nom d’Alfred-Edouard Martel et d’Isidore Blanc.

Au début du 20ème siècle, Alfred-Edouard Martel, passionné d’ hydrogéologie et de spéléologie, est mandaté par le Ministère de l’agriculture pour rechercher de nouvelles ressources en eau potable pour alimenter la Provence. C’est accompagné d’une équipe, complétée par les gens du pays dont Isidore Blanc, instituteur de Rougon, guide et passionné de faune et de flore, qu’ils se lancent en 1905 à la découverte de ce gouffre sauvage qu’est le Grand Canyon du Verdon.

Partis du Couloir Samson, ils arrivent sains et saufs 4 jours plus tard au Galetas, malgré le matériel perdu et les bateaux détruits. Ils sont les premiers à avoir parcouru l’intégralité du canyon. (Tous les détails de cette incroyable aventure sont retranscrits dans l’ouvrage de G. Collomp en vente à la Maison des Gorges du Verdon.)

Dans les années 30, le Touring Club Français ouvre un sentier qui descend de la Maline jusqu’au Couloir Samson. La difficulté la plus importante : la descente de la Brèche Imbert. Elle nécessite l’installation d’échelles pour passer la faille profonde de plusieurs dizaines de mètres de dénivelé. Ces fameuses échelles ont été remplacées dans le cadre du projet de réfection de l’ensemble du sentier Martel qui a eu lieu durant les hivers 2012 et 2013. Les tunnels traversés à l’endroit le plus étroit du canyon au Couloir Samson, sont les vestiges du grand projet de détournement du Verdon initié au début du siècle après l’épopée de messieurs Martel et Blanc et qui fut arrêté par la première guerre mondiale et l’ampleur titanesque du projet.

Blanc Martel (3)

Fleur du Verdon

Vous découvrirez tout au long de cette fabuleuse randonnée une incroyable bio-diversité. Des espèces les plus communes aux plus rares – chênes verts ou pubescents, hêtres, érables, ifs, genévriers de Phénicie, communs ou oxycèdres, buis, anémones hépatiques, sceaux de Salomon, lys martagon, fougères endémiques (Doradille), aphyllantes de Montpellier, globulaires… – toutes s’offrent au regard attentif des randonneurs. La faune du canyon est tout aussi riche que la flore. Au détour du chemin, vous rencontrerez certainement sangliers, chevreuils, renards, écureuils, blaireaux, fouines ou chauves-souris sans oublier les vautours – fauves, moines ou percnoptères – réintroduits dans les Gorges du Verdon entre 1999 et 2005 pour les uns, les derniers étant venus y nicher à partir de 2007. Les randonneurs les plus chanceux croiseront un chamois, un aigle royal ou le tichodrome. Levez les yeux lorsque vous serez au dessous de la vertigineuse falaise de l’Escalès, vous pourrez y découvrir une autre « espèce » venue s’installer dans le canyon : les grimpeurs.

Quelques précautions sont à prendre pour entreprendre cette randonnée de 15 km au coeur des Gorges : 2 litres d’eau minimum par personne, de bonnes chaussures de marche, de quoi vous protéger du froid et du soleil. Comptez environ 6 heures de marche.

Blanc-Martel2

Mon séjour à la carte !